Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/05/2015

Grunenwald...

... ou comment le poète nous conduit de la traversée d'un célèbre retable

à la désinformation médiatique contemporaine

 

 

cette pièce radiophonique mise en ondes par Jean-Louis Jacques  ( RTBF Production ) a été diffusée en 1982

 

 

20:03 Publié dans inédits | Lien permanent | Commentaires (0)

05/05/2015

parution & à paraître

Parus :

* Dernières nouvelles d'Ulysse   ed V.Rougier

* In angulo cum libro  ed Al Manar

 

A paraître:

* La perte du Temps   ed Castor astral   en attente

* Requiem allemand '86   ed Caractères    juin 2015

écrit en 2013/2014 à Wannsee au Literarishe Colloqium Berlin,   face à la villa Marlier (où se décida en 1942  la solution finale et  visitée pour la première fois en 1986, sur les traces ( vaguement) de mon père engagé en 42 dans la SS ; j'ai à présent 73 ans (et de retour sur place pour une résidence d'écriture),voulu faire le point sur un cauchemar de plus d'un demi siècle; arrivé ,seul et trop tôt, lors de mon séjour de 1986 pour la lecture de "quoique mon coeur en gronde" (traduit en allemand), je trouvai porte close et m'enfonçai pour trouver un hôtel, dans un bois proche où je me perdis sous la neige; le texte n'est qu'une tentative aujourd'hui de rendre compte de la confusion totale de cette "nuit du Simurgh"

amen!!!

 

* Les cendres de Claes   ed Transingnum   été 2015

* Escaut, Salut  ed Opium   septembre 2015

 

04:44 Publié dans Parutions | Lien permanent | Commentaires (0)

25/03/2015

le mercredi du poète

Imgp4114small.jpg

Werner Lambersy présentait Jean-Claude Tardif

au mercredi du poète

 

 

16:02 Publié dans Rencontres | Lien permanent | Commentaires (0)

19/03/2015

in memoriam

 

Vincent Jarry en 1970.png

Vincent Jarry en 1970

 

Le dernier poète des rues, Vincent Jarry, vient de se taire pour toujours ; on ne l'entendra plus aux terrasses des cafés parisiens où il lisait et vendait sa revue libertaire et littéraire ; on pense toujours de la même façon aux chroniques pertinentes et impertinentes de Théo sur radio libertaire , lui qui s'était jeté à plat ventre sur le bitume des boulevards pour empêcher le cortège de Le Pen de passer...c'est dire s'ils nous manquent tous deux ;  j'espère qu'ils boivent ensemble le coup de rouge avec Pirotte, Laude et Yves Martin...