Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/03/2015

RAPPEL Concours de poésie

Sans titre-1.jpg

 

 

04:00 Publié dans blog | Lien permanent | Commentaires (0)

30/09/2014

Montmartre fête les poètes



Résonances en poésie à La Halle Saint-Pierre


Dans le cadre de la Fête des vendanges” Montmartre fête les poètes”

 

Dimanche 12 octobre 2014 à 15h

 


Naïma Taleb et la Compagnie Résonances invitent les poètes
Werner Lambersy et Seyhmus Dagtekin,
deux figures de la poésie francophone l’un d’origine belge et l’autre turque
accompagnés par Fadhel Messaoudi, luth et chant

 


Halle Saint-Pierre – Auditorium (entrée libre)



Notices biographiques
 

DSC_0033.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Une des plus extraordinaire éruption lyrique que ce dernier demi-siècle ait produit…
Jacques De Decker in Le non-dit N° 95, 2012…


Werner Lambersy , (Anvers, 1941 ), vit à Paris depuis 1980.

Tout en variant le ton et la forme, de l’extrême dépouillement à une respiration ample, sa poésie, à travers plus de 40 ouvrages, poursuit une méditation ininterrompue sur le dépassement de soi dans l’amour et l’écriture ; traduit en volume dans plus de 20 langues. Les revues « NU(e) », « Le Non-dit » et « à l’index » viennent de lui consacrer un numéro spécial. Biblio succinte: Maîtres et maisons de thé , plusieurs recueils chez Le Cormier, Labor, Dur-an-ki, Cadex, Phi, Le Dé bleu, L’Amourier, Le Taillis pré, Hermaphrodite, L’âne qui butine, Pippa. Anthologies : Présence de la poésie (Les Vanneaux), et  L’éternité est un battement de cils,( Actes Sud). Dernières parutions : Pina Bausch (éds du Cygne), L’assèchement du Zuiderzee (éds Rhubarbe), Opsimath (édit. Rougier). A paraître: Dernières nouvelles d’Ulysse ( l’âge d’Homme), La dent tombée de Montaigne  (Dumerchez), In angulo cum libro  ( Al Manar ), La perte du temps  (Castor astral) …

seyhmus_2.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Seyhmus Dagtekin, poète et romancier, né et élevé dans un village kurde en Turquie, vit à Paris depuis 1987.

Il écrit en turc, en kurde ou directement en français.
Il a reçu le Prix de l’Académie française Théophile Gautier pour Juste un pont, sans feu. Il est également lauréat du Prix Mallarmé 2007 pour Juste un pont, sans feu (Le Castor Astral, 2007), du Prix international de poésie francophone Yvan Goll pour Les chemins du nocturne (Le Castor Astral, 2000) et son roman A la source, la nuit (Robert Laffont, 2004) a reçu la mention spéciale du Prix des Cinq Continents de la Francophonie.
Ses textes ont été publiés dans de nombreux revues et anthologies.

 

fadhel-messaoudi3784651.jpg


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Fadhel Messaoudi est né en Tunisie.

Très tôt, il s’initie au chant et à la percussion, puis se tourne vers le luth. Ayant accès aux archives de la musique classique arabe, il découvre des trésors auxquels il se consacre  et à travers ses concerts, les fait découvrir au public. Il se produit sur de nombreuses scènes en France, Théâtre de la Ville, Institut du Monde arabe…

 

 

00:00 Publié dans Rencontres | Lien permanent | Commentaires (1)

28/06/2014

Sommet d'où jeter son pinceau ( fragment VII )

Tokaido09_Odawara.jpg

Utagawa Hiroshige    série les « Cinquante-trois relais du Tôkaidô » 1833-1834  9e station : Odawara-juku

 

 

 

 

Pendant des millénaires

Les astres

Traversent les ténèbres

 

Percent

Les pustules

D’un chaos qui retombe

 

Et repoussent

Les frontières où se perd

La lumière

 

À peine effleure-t-elle nos

Âmes pour nous

Suivre

 

Et jardiner le temps d’un

Tour de manège

Notre planète

 

Sur la tombe des défunts

 

 

 

00:00 Publié dans inédits | Lien permanent | Commentaires (0)

21/06/2014

Sommet d'où jeter son pinceau ( fragment VI )

Tokaido_Nihonbashi2.jpg

Utagawa Hiroshige    série les « Cinquante-trois relais du Tôkaidô » 1833-1834    Le départ de Edo : « le pont du Japon »  Nihonbashi

 

 

Ne pas perdre

Un instant du moindre

Instant

 

Sinon l’éternité

Ne serait pas complète

 

Et que serait l’Eternité

Distraitement

Perdue

 

Au coin d’une minute

 

Ne pas égarer

Une seule seconde car

 

La mort

Qui tient ses comptes

Dirait

 

C’est une avance

Une dot pour l’au-delà

 

Et la méchanceté

Que ne connaissent pas

Les choses

 

Les hommes

Devraient en recracher

L’obole

 

00:00 Publié dans inédits | Lien permanent | Commentaires (0)